Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2007

Hobbes, Machiavel and cie....

Depuis quelques jours je repense au Leviathan de Hobbes, je repense au Prince de Machiavel aussi, je repense à tous ces auteurs politiques que j'ai pu étudier en classe prépa...

Entre "l'homme est un loup pour l'homme" et le renard et le lion de Machiavel (symbole de l'institut d'Etudes Politiques de Paris au passage pas étonnant que .. (bref)).

Je pense à cette phrase "Vous devez donc savoir qu'il y a deux manières de combattre : l'une avec les lois, l'autre avec la force ; la première est propre à l'homme, la seconde est celle des bêtes ; mais comme la première, très souvent, ne suffit pas, il convient de recourir à la seconde. Aussi est-il nécessaire à un prince de savoir bien user de la bête et de l'homme."

Je repense aussi à ce passage : " "Il n'est pas bien nécessaire qu'un prince possède toutes les bonnes qualités, mais il l'est qu'il paraisse les avoir. J'ose même dire que, s'il les avait effectivement, et s'il les montrait toujours dans sa conduite, elles pourraient lui nuire, au lieu qu'il lui est toujours utile d'en avoir l'apparence. Il lui est toujours bon, par exemple, de paraître clément, fidèle, humain, religieux, sincère (...). On doit bien comprendre qu'un prince, et surtout un prince nouveau, (...) est souvent obligé, pour maintenir l'Etat, d'agir contre l'humanité, contre la charité, contre la religion même. Il faut donc qu'il ait l'esprit assez flexible pour se tourner à toutes choses, selon que le vent et les accidents de la fortune le commandent ; il faut que, tant qu'il le peut, il ne s'écarte pas de la voie du bien, mais qu'au besoin il sache entrer dans celle du mal.(...)
Au surplus, dans les actions des hommes et surtout des princes, qui ne peuvent être scrutées devant un tribunal, ce que l'on considère c'est le résultat. Que le prince songe donc uniquement à conserver sa vie et son Etat; s'il y réussit, tous les moyens qu'il aura pris seront jugés honorables et loués par tout le monde; le vulgaire est toujours séduit par l'apparence et par l'événement; et le vulgaire ne fait-il pas le monde ?"

Je repense aussi à la période de l'Occupation en France, je repense à toutes ces périodes où les familles ont été divisées pour des idées politiques ou des choix opposant le bien être collectif et le bien être privé (guerre etc..) Quels choix aurais-je fait à ce moment là ?  Entre protéger ma famille, et l'envoyer le plus loin possible du danger, et soutenir la Patrie en faisant front,(terme qui avait une vraie signification à l'époque... Aujourd'hui y a t il vraiment une Patrie, je ne le crois pas, et je ne suis même pas sûre que le concept ne soit pas archaïque. Passons) ? Qu'aurait été le choix de chacun ? La fuite pour mieux protéger, ou rester pour mieux résister ? Si aujourd'hui, nous nous retrouvions tou(te)s sous l'Occupation que ferions-nous ? Intérêt public ou intérêt privé ? J'ai la sensation qu'aujourd'hui le sentiment pousserait plutôt vers l'individualisme...

Je pense à maintenant, où le contexte politique semble à nouveau ériger une barrière entre finalement des conceptions de vie diamétraiement opposées. La raison du plus fort ou la raison du plus faible. J'ai bien précisé "semble", ce n'est en aucun cas une analyse fine de ce qui se déroule, juste une pensée sans fondement, une impression. 

Bref, ces divagations ici et là me poussent à une seule interrogation :  qu'est-ce qui est le "mieux" pour bâtir une société ?  Partir du global (bien être public) ou de la particule (bien être privé) ?

Partir de la particule c'est grosso modo du principe que si chaque particule voit son environnement s'améliorer, l'agrégation de tous ces environnements améliorés formera un ensemble amélioré.

Partir du global c'est grosso modo se dire qu'il faut améliorer le global pour que les particules aient leurs environnements améliorés...

Pas de réponse... Juste des interrogations, mais quand on y répond, ça aide à comprendre comment on aimerait que la société se construise.... :)

 

 

Commentaires

De bonnes interrogations. Je vous recommande la lecture de Léo Strauss sur ces questions. Bien à vous.

Écrit par : profdisaster | 26/04/2007

Je connais déjà... :) Et je suis allée naviguer sur votre/ton site que j'ai trouvé pas mal, le voilà à présent listé dans mes "autres sphères"... ainsi que celui de Saint-Rich que j'ai trouvé amusant aussi.

Écrit par : Lau | 27/04/2007

Les commentaires sont fermés.