Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2007

Lunaire

>>> En gras, ce qui m'a fait halluciner et rire en même temps.  
 
 
L'ex-magnat Conrad Black reconnu coupable de fraudes
LE MONDE | 16.07.07 | 15h18  •  Mis à jour le 16.07.07 | 15h18
LONDRES CORRESPONDANT


Après avoir été reconnu coupable de fraudes et d'obstruction à la justice, le magnat déchu des médias, Conrad Black, n'a plus beaucoup de supporters. "Un Tycoon impitoyable que la cupidité et l'arrogance ont mis à terre", indique le Daily Telegraph, dont ce fils de brasseur québécois avait été le propriétaire entre 1986 et 2004.

Le verdict de culpabilité contre Conrad Black, prononcé le 13 juillet par un jury de Chicago, n'a pas constitué une grande surprise. Tous se demandent aujourd'hui comment "Conrad-le-menteur", qui d'après la justice américaine a détourné 60 millions de dollars en puisant dans les caisses de son groupe Hollinger International, (!!!!) va supporter une peine de prison suggérée de quinze à vingt ans et la ruine personnelle ?

"Une fastidieuse erreur judiciaire, clame- t-il. Malgré son air bravache, l'homme qui au faîte de sa gloire contrôlait le troisième groupe de journaux en langue anglaise au monde,est conscient que son appel a peu de chances d'aboutir.(MDR !!!)  Il doit regretter aujourd'hui sa funeste décision d'abandonner sa nationalité canadienne au profit d'une citoyenneté britannique indispensable pour être élevé à la chambre des Lords ! La justice de son pays natal est plus clémente que celle du Canada face à la criminalité en col blanc. Sa sentence doit être prononcée le 30 novembre.

Il y avait bien sûr les signes annonciateurs de la personnalité pour le moins trouble de Conrad Black. Son mode de vie flamboyant symbolisé par ses résidences à travers le monde et ses fêtes grandioses, les goûts de luxe de sa femme et son obsession d'être socialement reconnu n'ont cessé de défrayer la chronique depuis son irruption sur la scène au début des années 1990. Sans oublier sa tentative obsessionnelle de concurrencer Rupert Murdoch, l'autre magnat des médias, en se répandant à grands frais sur les terres de ce dernier, en Australie ou en Amérique du nord.

UN CHÂTEAU DE CARTES

Reste que malgré son entregent, sa grande culture historique, son esprit raffiné et éclairé, il lui manquait le sens des montages financiers d'un Murdoch. Seul, le courageux Tom Bower, auteur d'une biographie prémonitoire, "Conrad and Lady Black : Dancing on the Edge", peu de journalistes avaient osé aller fouiner dans les affaires de son empire médiatique construit comme un château de cartes.

Malgré le déshonneur qui le frappe aujourd'hui, le bilan de Conrad Black n'est pas totalement négatif. Le chroniqueur Robert Peston, ancien patron de L'Observer, rappelle son respect de l'indépendance des journalistes malgré des vues politiques carrément réactionnaires. Par ailleurs, en renflouant à deux reprises Le Telegraph moribond, l'intéressé a sauvé le porte-drapeau du conservatisme à l'ancienne de la banqueroute.

Marc Roche
Article paru dans l'édition du 17.07.07

11:50 Publié dans Zoom out | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Ben oui, c'est que je trouve bien avec les Anglais, c'est qu'ils ont une tolérance 0 avec la gruge, y compris avec leurs hommes politiques. Et ils ont des journalistes qui font leur boulot et dénoncent les abus. C'est même parfois extrême, je me souviens d'une histoire véridique où une ministre avait dû démissionner parce qu'un journal avait révélé qu'elle avait payé les couches culottes de son chérubin avec a CB professionnelle. Et encore récemment le patron d'un grand groupe a été déchu de son poste et de son rang de lord, parce qu'il avait menti. Il avait des aventures avec des hommes, ce qui en fait ne gênait pas grand monde quand un de ses boy-freind a révéléson aventure. Mais le type en question a nié publiquement et c'est ça qu'on ne lui a pas pardonné;-). Ils disent que les actionnaires pensent que si tu peux mentir là dessus, tu peux mentir sur autre chose, et donc ils ne te font plus confiance:D

Écrit par : Chacha | 09/08/2007

C'est vrai que c'est un autre délire, mais parfois trop quand même. Mais c'est vrai qu'en France quand le Président a des maitresses ou des gamins à droite à gauche que c'est un secret de polichinel tout le monde s'en fout, alors que là bas... (aux US en tous cas), ça crée scandale....

Écrit par : Lau | 10/08/2007

c'est parfois exagéré mais desfois j'hallucine quand même en France de voir ce qu'on accepte alors que l'opinion publique est au courant.
Les gens sont bizarres, en un sens ils admirent les grugeurs style Tapie. La gruge c'est un peu dans notre culture. Sauf qu'ils se rendent pas toujours compte qu'en fait c'est eux qu'on vole et que ce ne sont pas du tout des Robins des Bois.
Et après ils râlent parce que les politiques se font jamais épingler.
Si la justice est aussi sévère en GB c'est aussi parce que l'opinion publique est très claire sur la question.
Et quand ça touche le secteur privé, alors là par contre, tout le monde monte au créneau, alors que paradoxalement, c'est pas le contribuable qui se fait truander.
Je comprends pas toujours tout lol.
Voilà un commentaire bien sérieux de bon matin ;-), enfin de matin bien avancé...

Écrit par : Chacha | 10/08/2007

Les commentaires sont fermés.