Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2007

La lutte contre le sida se heurte encore aux difficultés d'accès aux médicaments

>>>> Il ne faut pas oublier même si on finit par ne plus faire attention... Se protéger c'est toujours aussi essentiel :)

LEMONDE.FR avec AFP et AP | 23.07.07 | 20h45  •  Mis à jour le 24.07.07 | 07h31


ne nouvelle génération de médicaments contre le sida, appelés inhibiteurs d'intégrase, sera au centre des préoccupations de la réunion de la Société internationale du sida (IAS), qui réunit cinq milliers d'experts à Sydney, en Australie, depuis dimanche.

 
"Les inhibiteurs d'intégrase sont des médicaments particulièrement puissants et je pense qu'on va recommencer à parler d'éradication", a déclaré David Cooper, coprésident de la conférence et directeur de l'Institut national australien de recherche épidémiologique sur le sida. Ce traitement permet d'inhiber l'enzyme propre au VIH, l'intégrase, qui intègre l'ADN transcrit du virus dans l'ADN humain. Les inhibiteurs d'intégrase sont encore plus puissants et ont moins d'effets secondaires que les antirétroviraux jusqu'alors utilisés.

Personne n'avait plus reparlé d'éradiquer la maladie depuis l'apparition, dans le milieu des années 1990, des traitements à base d'antirétroviraux, finalement déclarés toxiques.

40 MILLIONS DE MALADES

Néanmoins, malgré les progrès de la recherche, l'accès des pays en développement aux médicaments laisse encore à désirer. Anthony Fauci, directeur de l'Institut national américain des maladies infectieuses, a indiqué qu'actuellement, environ deux millions de personnes étaient traitées avec des antirétroviraux dans les pays en développement, mais que l'objectif était de multiplier ce chiffre par quatre. "Nous ne soignons encore qu'environ 28 % des personnes qui ont besoin d'un traitement", a-t-il rappelé. En 2001, seules 300 000 personnes étaient soignées.

Par ailleurs, ces pays doivent aussi avoir accès à la nouvelle génération de médicaments, qu'il s'agisse d'antirétroviraux ou d'inhibiteurs. Selon le docteur Brian Gazzard, président de l'association britannique contre le sida, l'accès des pays en développement aux médicaments reste un objectif primordial dans la mesure où, en Afrique et en Asie, le sida ne cesse de progresser.

Quarante millions de personnes vivent dans le monde avec le virus du sida, qui a déjà fait plus de 25 millions de morts.

 

13:24 Publié dans Citizen | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.