Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2007

I've got you under my skin


podcast
 

Ive got you under my skin
Ive got you deep in the heart of me
So deep in my heart, that youre really a part of me
Ive got you under my skin

Ive tried so not to give in
Ive said to myself this affair never will go so well
But why should I try to resist, when baby will I know than well
That Ive got you under my skin

Id sacrifice anything come what might
For the sake of having you near
In spite of a warning voice that comes in the night
And repeats, repeats in my ear

Dont you know you fool, you never can win
Use your mentality, wake up to reality
But each time I do, just the thought of you
Makes me stop before I begin
cause Ive got you under my skin

 

 

2h56 .... Fermer les yeux, comme souvent, quand je me retrouve enfin au calme, alors que tout le monde dort. Fermer les yeux et inspirer, et expirer à fond. Prendre le temps. Prendre le temps d'écouter tous les sons de cette musique que j'adore. Les souvenirs qui s'y rattachent peut être aussi...  Les tristesses, les morsures, la colère, mais aussi la nostalgie, la joie, les bonheurs. Tout se mêle entre la batterie, la trompette, la basse... Entendre à nouveau ces rires, revoir les sourires. imaginer quelques pas de danse.  Elégance, le soir dans un salon, on est en janvier 1956... Frank Sinatra est encore vivant et nous sommes encore en pleine guerre froide. Tam, tadam, tadam. Hop, un tour, on se balance un peu d'un côté et de l'autre, sur le rythme langoureux de cette chanson célèbre. 

- Une danse mademoiselle ?

- Vous êtes bien aimable, volontiers.

Il tend sa main pour qu'elle se redresse du fauteuil, près du feu, où elle est assise. Il aime ses longs gants blancs, sa jolie robe dernière tendance... Et il l'emporte dans un tourbillon cadencé et rythmé. Complicité et tendresse. Tam, tadam, tadam, tam.... Et comme dans les films hollywoodiens de la Grande Epoque, ils se regardent en se perdant dans les yeux de l'un et de l'autre. Heureux et se promettant en silence leur amour pour l'éternité. L'éternité d'un instant. 

- Mademoiselle, vous êtes charmante... Comment connaissez-vous Frank ?

- Nous nous croisons souvent chez des amis. Et j'aime beaucoup sa musique...

Fermer les yeux encore. Zoom out lent sur les deux danseurs. Plan large. Ils sont sur une scène de music-hall à présent.

- Pourquoi dansons-nous ?

- Pour nous dire tout ce que nous n'arrivons pas à exprimer avec la parole.

- Et que me dites vous sans me l'exprimer ?

- Je pourrais vous dire des roses et des fleurs, des bijoux comme meilleur ami des femmes, mais je vous mentirai.  Je vous dis simplement que je vous désire, que nous pourrions laisser nos corps se découvrir et s'entendre. Je vous dis que je rêve d'escapades improvisées, de chamailleries mignonnes pour mieux se retrouver ensuite... Je rêve des matinées où tendrement je vous enlacerai après vous avoir observé dormir. Je rêve des surprises que nous nous ferons pour entretenir, cette petite flamme des premiers temps. Je rêve de ces douleurs que nous surmonterons pourtant. Je rêve à cette fin que vous souhaitez déjà anticiper, pourtant laissez-vous juste porter par cet air. J'aime sentir votre parfum, et, si vous m'en laissez le temps, cette fragrance racontera peut-être toute notre future belle histoire d'amour.  Je vous dis que nous avons la chance que nos routes se croisent... Voilà tout ce que je vous dis, sans l'exprimer. 

Noir. "I've got you ... under my skin.... ".... 

 

3h49 - Distraite, endormie... Inspirer profondément, expirer profondément et zou... tout le monde au lit. 

 

 

Commentaires

La magie d'un texte est d'etre transporté dans un autre univers, et celui ci colle si bien à la musique...j'aurais aimé commencé à le lire à 2h59 et le finir à 3h49 en écoutant la musique de F.Sinatra... la nuit a cette puissance d'offrir l'imaginaire, avec un mélange de fatigue de fin de soirée lente et douce, avec comme compagnon les effluves du dernier verre, peut etre de la dernière volute bleuatre de cigarette...
Les images de la passion entre Ava Gardner et Franck Sinatra sont présentes, la musique les accompagne :
"La nuit commence. Ils parlent, ils rient. Ils boivent aussi. Il la raccompagne jusque devant sa villa. Ils n'échangent même pas un baiser. Aucun geste, aucune attitude ne correspond exactement à leurs sentiments du moment. Tout serait trop convenu. Ils sont vraiment tombés amoureux l'un de l'autre".

Écrit par : Raphael | 28/07/2007

:)

Écrit par : Lau | 28/07/2007

J'avais pas encore posté de commentaire sur ton texte que j'ai lu. Je n'ai pas la belle prose de Raphael, je suis allée sur son blog d'ailleurs, c'est un petit délice de lire ses histoires si bien racontées. Avec un recul très apaisant. Bref, je trouve ça très lyrique et on se laisse transporter avec légéreté. Reposant aussi, onirique. Et c'est fichtrement bien écrit.
C'est vrai, comme tu le disais, dans ton autre message sur l'amour, les temps ne sont plus au romantisme et ça paraît toujours désuet d'écrire sur l'amour. Et pourtant, je dois avouer que de vous lire tous les deux, toi et Raphael, je me suis fait plaisir et laissée entraîner dans une dimension souvent laissée de côté.

Écrit par : Chacha | 31/07/2007

Merci.....

Écrit par : Lau | 01/08/2007

Pathos et pulsion de mort... sauvé par l'esprit de légèreté...

Bien à Vous...

@)>-->--->---

Écrit par : Nebo | 01/08/2007

Merci aussi.... heureuse que ça vous ait le temps d'un souffle transporté ailleurs....

Écrit par : Lau | 07/08/2007

Non non non... ce n'est pas ailleurs que ça m'a transporté... c'est Ici et Maintenant que ça se passe... Ailleurs est Ici et Maintenant, si vous préférez... sens du lieu et de la formule...

Bien à Vous...

@)>-->--->---

Écrit par : Nebo | 07/08/2007

j'entendais ailleurs ici et maintenant en fait.... ;)

Écrit par : Lau | 07/08/2007

Les commentaires sont fermés.