Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2007

Le PDG de France Télévisions se rend à l'Elysée pour réclamer une coupure publicitaire

>>> D'un point de vue télespectateur, je ne veux même pas imaginer ce que ça peut être plus de coupures publicitaires au milieu des films... il y a bien longtemps, il n'y avait aucune coupure publicitaire pendant les films...

D'un point de vue marché de la pub, il y en a qui doivent se régaler si les plages publicitaires augmentent...
D'un point de vue éthique, je crois que l'ère de la consommation de masse intelligente, c'est pas pour demain ! ;)
D'un point de vue cynique, plus de pubs pour moi, ça ne peut être que bénéfique... ;) 
 
 
LE MONDE | 29.08.07 | 15h35  •  Mis à jour le 29.08.07 | 15h35

Patarick de Carolis, PDG de France Télévisions, et son directeur général, Patrice Duhamel, se sont rendus discrètement à l'Elysée, lundi 27 août en début d'après-midi. Les deux dirigeants du service public ont été reçus par le président de la République, Nicolas Sarkozy, par le premier ministre, François Fillon, et la ministre de la culture et de la communication, Christine Albanel.

Officiellement, l'objet de cette réunion au sommet devait être "un échange de vues sur les missions du service public", rapporte un témoin. En fait, MM. Carolis et Duhamel sont venus réclamer, une fois de plus, une coupure publicitaire dans les programmes dits "de flux" (divertissements, variétés et magazines) de France Télévisions. La législation actuelle interdit, sauf exception, aux chaînes publiques d'interrompre ce type d'émissions par des écrans publicitaires.

NICOLAS SARKOZY HÉSITE

Selon nos informations, si M. Fillon et Mme Albanel seraient toujours opposés à la demande de France Télévisions, en revanche Nicolas Sarkozy n'aurait pas d'opinion tranchée. L'hésitation du président de la République inquiète les télévisions privées généralistes, telles TF1, M6 ou Canal+, et elle fait encore plus peur aux nouvelles chaînes de la Télévision numérique terrestre (TNT).

Il y a quelques mois, les chaînes privées et France Télévisions avaient, chacune de son côté, chiffré "l'effet d'aubaine" de cette coupure publicitaire supplémentaire. Quand le service public prévoyait un surcroît de recettes de 15 à 20 millions d'euros, TF1 et M6 tablaient sur un potentiel de 70 millions. In fine, France Télévisions pourrait engranger entre 40 et 50 millions par an. L'équivalent des recettes publicitaires des chaînes de la TNT en 2006.

Au cas où France Télévisions obtiendrait gain de cause, les chaînes privées veulent des compensations. Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6, a déjà réclamé une deuxième coupure publicitaire dans les films (Le Monde du 29 août). TF1 pourrait demander, à son bénéfice, l'adoption de la règle dite de "l'heure d'horloge" à la place de "l'heure glissante", pour le calcul du temps de publicité.


16:45 Publié dans Zoom out | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.