Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2007

TF1 veut maintenir sa suprématie dans un paysage bousculé

>>>> Et bé.. s'ils refont que des remaniements de vieilles m.... pour maintenir leur audience, c'est pas encore demain que la télévision va être révolutionnée de manière intelligente !!!!
 

LE MONDE | 30.08.07 | 15h16  •  Mis à jour le 30.08.07 | 15h16

La conférence de presse de rentrée de TF1, organisée mercredi 29 août à L'Olympia à Paris, a été l'occasion de conforter la ligne éditoriale de la chaîne privée. Pour sa première intervention en public depuis sa nomination fin mai à la direction générale de TF1, Nonce Paolini a ainsi choisi de s'inscrire dans les traces d'Etienne Mougeotte, son prédécesseur à la tête des programmes de la chaîne privée.


Pour continuer, selon le voeu de M. Paolini, à "creuser l'écart avec ses concurrentes", la chaîne va de nouveau miser sur une programmation "populaire, unique et innovante", en multipliant les programmes événementiels et exclusifs. Début septembre, la Une proposera ainsi, en exclusivité, les matches de la Coupe du monde de rugby. Après avoir "sécurisé" ses droits de diffusion pour une longue durée, la chaîne privée poursuivra avec la Formule 1 puis le championnat d'Europe de football. Mais elle devra en partager les retransmissions avec sa rivale M6.

Cette saison, ce ne seront pas les nouveautés qui tiendront le haut de l'affiche à TF1, qui a préféré redonner leur chance à de vieilles gloires. Après les relances du jeu "La Roue de la fortune", puis, cet été, du "Loft", rebaptisé "Secret Story", c'est "Sacrée soirée", l'émission de variétés animée par Jean-Pierre Foucault au début des années 1990, qui est, à son tour, sortie de la naphtaline. Avec cette mode du "vintage", TF1 tente de limiter les risques d'échec d'audience. Cette volonté touche aussi des émissions plus récentes. Pour preuve, le télé-crochet la "Star Academy", toujours animé par Nikos Alliagas, revient à l'antenne pour la septième année consécutive.

Face à la presse, M. Paolini s'est félicité des performances de sa chaîne qui à elle seule capte un tiers de l'audience et plus de 54 % des investissements publicitaires. Un "cas unique au monde" à l'exception "de la Chine, de l'Albanie et de la Corée du Nord", a ironisé le directeur général. "TF1 est la seule chaîne capable de rassembler de fortes audiences", a poursuivi M. Paolini. Avec une moyenne de 7 millions de téléspectateurs, l'audience de la première partie de soirée "est sans égale", tandis que "la deuxième partie de soirée est égale au prime time de M6 et supérieure aux prime times des 90 autres chaînes", s'est félicité le DG.

Pour conserver sa place de leader en audience, la Une va continuer à investir, notamment dans le domaine de la fiction, secteur "en pleine refonte", pour lequel elle prévoit de débourser 200 millions d'euros. Takis Candilis, directeur général chargé de la fiction, des variétés et des divertissements, a précisé que la chaîne privée était le "plus gros investisseur de la création française".

Après le succès du feuilleton "Plus belle la vie" sur France 3, la Une se lance à son tour dans une fiction quotidienne, un feuilleton de 26 minutes dont le nom de code est "Seconde chance". Pour conserver l'intérêt de ses séries américaines face à la montée en puissance du téléchargement sur Internet, TF1 mise aussi sur la vidéo à la demande (VOD). La Une a passé un accord avec la chaîne américaine NBC. Les épisodes de la prochaine saison de "Heroes" seront disponibles, pour moins de 2 euros, en téléchargement ou en "streaming" (visionnage seul) sur Internet, 24 heures après leur diffusion aux Etats-Unis.

Après s'être dressée contre l'avènement de la télévision numérique terrestre, TF1 considère désormais la TNT comme "une formidable opportunité" pour son développement. Notamment pour promouvoir son offre de programmes en haute définition.

Seule note discordante dans cet exercice d'autosatisfaction, l'intervention du directeur de l'information Robert Namias, en direction des journalistes présents dans la salle. "Il m'est arrivé assez peu souvent de me retrouver dans ce que vous écrivez, dans l'information telle que vous la décrivez, leur a-t-il reproché. On dit que TF1 est une chaîne de droite, affiliée à l'Elysée... Qu'en tant que chiraquien viscéral, je devais être exécuté rapidement vers mai, juin... Je suis toujours là."

M. Paolini ne devrait pas changer, au moins dans un premier temps, les cadres dirigeants de TF1. La chaîne a même demandé à Claude Cohen, présidente de TF1 Publicité, de rester plus longtemps à son poste. Elle devrait présider la régie au moins jusqu'à la fin de 2008. En revanche, le nouveau directeur général va installer des proches, venus de Bouygues Telecom, aux manettes de la chaîne privée. Début septembre, Benoit Louvet, secrétaire général de Bouygues Telecom, devrait être nommé secrétaire général de TF1 publicité, également en charge du développement. Un autre cadre de l'opérateur de téléphone devrait être nommé secrétaire général de TF1.

Guy Dutheil


16:40 Publié dans Zoom out | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

à l'exception "de la Chine, de l'Albanie et de la Corée du Nord".
Et ça le fait rire??? ;-)
Oui en tout cas, pour les fans de série, la Une ne sera pas notre HBO française ça au moins c'est une certitude !
Et ce qui est saoulant, c'est que la TV finance beaucoup le ciné, alors du coup la non-créativité télévisuelle rejaillit un peu sur le ciné français je trouve. Et la Une tenant le haut du pavé, voilà quoi...

Écrit par : Chacha | 02/09/2007

Tu m'étonnes.... j'en discutais avec un ami justement !

Écrit par : Lau | 03/09/2007

Les commentaires sont fermés.