Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2007

Le changement climatique oblige à redessiner un atlas mis à jour en 2003

LEMONDE.FR avec AFP | 03.09.07 | 09h40  •  Mis à jour le 03.09.07 | 13h40

La dernière édition ne datait que de 2003. Mais les cartographes qui publient, lundi 3 septembre, L'Atlas complet du monde du "Times" 2007, une référence mondiale, ont indiqué avoir dû redessiner des rivages et changer de classification certaines régions pour prendre en compte les modifications engendrées en seulement quatre ans par le dérèglement climatique, notamment dans les régions côtières.

"Nous pouvons littéralement voir les désastres environnementaux se développer sous nos yeux. Nous craignons vraiment que, dans un futur proche, des paysages célèbres disparaissent pour toujours", a indiqué Mick Ashworth, rédacteur en chef de l'atlas."Le contour de certaines régions change, comme au Bangladesh. Le niveau de la mer monte de 3 mm par an, ce qui a des effets curieux sur la côte", a-t-il précisé. Et le fleuve Jaune, le deuxième plus long de Chine, "n'arrive pas parfois à rejoindre la mer, ce qui entraîne des changements de la côte".

DES CHANGEMENTS SONT LE FAIT DE L'HOMME

Les auteurs s'inquiètent également que de grands fleuves comme le Rio Grande et le Colorado aux Etats-Unis ou le Tigre en Irak soient asséchés sur certains tronçons en été, alors que le Bangladesh et des îles du Pacifique sont gagnés par les eaux et qu'à Shishmaref, en Alaska, la mer grignote la côte de 3 mètres chaque année. Ils rappellent aussi que 40 % des récifs de corail connus ont déjà été détruits et que 1 % de la forêt tropicale disparaît chaque année.

D'importants changements sont le fait de l'homme, souvent dans le but d'irriguer : c'est ainsi qu'ont disparu les trois quarts de la mer d'Aral en quarante ans, 95 % du lac Tchad depuis 1963, et que la mer Morte a baissé de 25 mètres en cinquante ans.

Les cartographes relèvent toutefois un point positif : de vastes étendues du marais de Mésopotamie, un des plus grands au monde, situé au confluent du Tigre et de l'Euphrate, sont réalimentées en eau et reverdissent, alors que le marais avaient été drainé par Saddam Hussein.

L'atlas, publié pour la première fois en 1895, en est à sa douzième édition. Cette dernière a nécessité près de 20 000 mises à jour, 3 500 concernant uniquement des changements de noms de lieu.


15:39 Publié dans Citizen | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.