Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2007

La France maintient ses prévisions de croissance en 2007, l'Europe s'inquiète

LE MONDE | 06.09.07 | 15h17  •  Mis à jour le 06.09.07 | 15h17

La ministre de l'économie, Christine Lagarde, a maintenu, mercredi 5 septembre, ses prévisions de croissance pour 2007 (2,25 %). Le jour même, l'OCDE, emboîtant le pas à de nombreux économistes, révisait à la baisse ses chiffres pour l'hexagone (1,8 % au lieu de 2,2 %). Tandis que le président de la République déclarait aux Dernières Nouvelles d'Alsace : "La croissance, je ne l'attendrai pas, j'irai la chercher." "Si elle n'était pas assez forte, eh bien, j'irai encore plus loin dans l'allégement du coût du travail, dans la création des emplois de service et dans la réforme des 35 heures", assure Nicolas Sarkozy dans cet entretien publié jeudi.

Mme Lagarde a affirmé qu'il n'y avait pas lieu de revoir des prévisions annuelles à partir d'un seul chiffre "moyen" (0,3 % au deuxième trimestre). "Un certain nombre de clignotants de confiance sont allumés au vert", a-t-elle ajouté. Bercy relève le dynamisme des créations d'entreprise, le climat des affaires dans les services, les perspectives d'investissements industriels et la bonne tenue de consommation.

Cet optimisme officiel contraste avec les doutes officieux du ministère et le scepticisme quasi-général des économistes. Selon leurs calculs, il faudrait une croissance comprise entre 0,8 et 1,3 point à chacun des deux derniers trimestres, soit un niveau exceptionnellement élevé, pour atteindre les 2,25 %.

Mme Lagarde ne veut pas donner de signaux négatifs qui risqueraient d'amplifier le ralentissement économique. Et cherche à ne pas compromettre le bon déroulement de la réunion, vendredi 14 septembre, à Porto, des ministres des finances de la zone euro, qui doit examiner les projets budgétaires français.

En juillet, lors d'un passage inédit devant l'Eurogroupe, M. Sarkozy s'était engagé à transmettre à Bruxelles, à la rentrée, un programme de stabilité actualisé pour 2008-2012. Cet engagement pourrait être tenu dès la semaine prochaine. L'objectif du président est d'afficher un déficit public à 2,4 % du PIB cette année et à 2,3 % en 2008, le scénario central retenu étant un retour à l'équilibre en 2012 avec une croissance à 2,5 %. Une révision draconienne en 2007 rendrait ces objectifs, déjà jugés insuffisants par l'Eurogroupe, très difficiles à atteindre.

En début de semaine, Joaquin Almunia, commissaire en charge des affaires économiques et monétaires, voulait encore espérer que M. Sarkozy respecterait l'engagement du gouvernement Villepin d'atteindre en 2010 l'équilibre budgétaire et un endettement inférieur à 60 % du PIB. Mais après avoir rencontré Mme Lagarde, le 30 août, à Paris, il a, faute d'assurances, lancé un nouvel avertissement à la France : "S'il faut plus de coordination économique dans la zone euro, on ne peut pas décider unilatéralement de reporter l'équilibre budgétaire de 2010 à 2012, il faut en discuter avant, ici", à Bruxelles, a-t-il déclaré, lundi 3 septembre, au quotidien espagnol El Pais. La commission, toutefois, se fait sans doute peu d'illusions. Mardi 11 septembre, elle doit, à son tour, revoir à la baisse ses prévisions pour la France en 2007.

Claire Guélaud et Philippe Ricard
Article paru dans l'édition du 07.09.07


15:58 Publié dans Zoom out | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.