Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2007

Vocabulaire : Insomnie

insomnie, nom féminin
Sens  Impossibilité de dormir. Synonyme veille Anglais insomnia

L'insomnie est mauvaise conseillère ; surtout, elle exagère les images. Elle transforme facilement l'inquiétude en effroi, l'effroi en épouvante - Yves Thériault

Pendant l'insomnie, je me dis, en guise de consolation, que ces heures dont je prend conscience, je les arrache au néant, et que si je les dormais, elles ne m'auraient jamais appartenu, elles n'auraient jamais existé. - Emil Michel Cioran 

28/12/2007

Pub n°6 - Ikea - Dog - 25''

Voilà donc une des autres publicités de la Campagne IKEA : Après "Crazy Parents"', "Dog" qui a été produite par les Télécréateurs et réalisée par  en septembre 2007, montée par Eric Jacquemin - agence La Chose. Esprit un peu différent que la pub Crazy Parents, mais toujours décalé... 

Ikea - Dog
envoyé par lepubard

27/12/2007

Escapade 3 - 24/12/2007 - St Cyr - calme

3e05f3fe0a4d289a55f51499e05603a1.jpg

Pakistan : Benazir Bhutto tuée dans un attentat lors d'un meeting à Islamabad


LEMONDE.FR avec AFP, AP et Reuters | 27.12.07 | 14h25  •  Mis à jour le 27.12.07 | 17h46

'ancienne première ministre pakistanaise, Benazir Bhutto, est morte, jeudi 27 décembre, des suites de ses blessures après un attentat-suicide qui a visé un de ses meetings, organisé dans un parc public, à deux semaines des élections législatives prévues le 8 janvier. Agée de 54 ans, Benazir Bhutto est morte dans un hôpital de Rawalpindi, dans la banlieue d'Islamabad après avoir reçu une balle dans la nuque tirée par un kamikaze, qui a fait exploser la charge qu'il portait sur lui quelques minutes à peine après.

Le kamikaze a tiré plusieurs coups de feu en direction de Mme Bhutto au moment où celle-ci quittait le meeting, selon la police. "L'homme a d'abord tiré sur le véhicule de Bhutto. Elle a baissé la tête et il s'est alors fait exploser", a assuré Mohammad Shahid, un policier. Les enquêteurs n'ont pu encore savoir si elle est morte de sa blessure au cou ou des suites de l'explosion. L'attentat a fait au moins seize morts, en plus de Mme Bhutto, et plus d'une cinquantaine de blessés, selon la police. Des journalistes sur place immédiatement après le drame ont aperçu plusieurs corps déchiquetés jonchant la route.
 
INCIDENTS DANS TOUT LE PAKISTAN

"Elle est morte en martyre", a déclaré Rehman Malik, un responsable de sa formation politique, le Parti du peuple pakistanais (PPP). "Cet acte est l'œuvre de ceux qui veulent désintégrer le Pakistan. Parce qu'elle était un symbole d'unité, ils ont achevé la famille Bhutto. Ce sont des ennemis du Pakistan", a affirmé Farzana Raja, autre responsable du PPP. Devant l'hôpital où sa mort a été annoncée, ses partisans ont détruit des portes en signe de douleur et de colère, avant d'entonner des slogans contre le président Pervez Musharraf, un des principaux rivaux de Mme Bhutto.

M. Musharraf, qui a immédiatement organisé une réunion gouvernementale d'urgence, a condamné "dans les termes les plus vigoureux l'attaque terroriste qui a coûté la vie à Benazir Bhutto et à de nombreux autres Pakistanais innocents", selon l'agence de presse officielle. Il a appelé "la population à rester calme face à cette tragédie" pour "que les desseins diaboliques des terroristes soient mis en échec".

Malgré ces appels au calme, les manifestations et les incidents se sont multipliés dans plusieurs villes du Pakistan. A Peshawar, des partisans de Mme Bhutto ont été dispersés à coups de bâton et de gaz lacrymogènes. Ils ont incendié des panneaux d'affichage en scandant des slogans hostiles au président Pervez Musharraf, et des bruits de tirs d'armes à feu ont également été entendus. Des manifestations ont également eu lieu dans la ville de Multan et à Jacobabad, la ville de l'actuel premier ministre pakistanais, où le principal tribunal a été incendié. A Karachi, fief politique de Benazir Bhutto, les commerces ont fermé pour trois jours de deuil.
 
M. SHARIF S'EST ADRESSÉ AUX PARTISANS DE BENAZIR BHUTTO

Quelques heures plus tôt, à Islamabad, au moins quatre personnes sont mortes au cours d'un échange de tirs lors d'une réunion électorale d'un autre opposant, l'ancien premier ministre Nawaz Sharif. Les coups de feu semblaient provenir d'un bâtiment hébergeant un parti politique rival qui soutient le président Pervez Musharraf, selon des témoins. Après avoir appris que Benazir Bhutto était grièvement blessée, Nawaz Sharif s'est rendu à son chevet à l'hopital de Rawalpindi. M. Sharif s'est ensuite adressé à la foule massée devant l'hopital. "Je vous promets que je mènerai votre guerre à partir de maintenant", a-t-il lancé aux partisans de Mme Bhutto, dont la plupart étaient en pleurs. "Je partage votre douleur et votre chagrin, avec la nation toute entière".

Ces drames sont les derniers d'une série record d'attentats-suicides dans l'histoire du Pakistan, qui ont fait plus de sept cent quatre-vingts morts en 2007. A son retour au Pakistan après six années d'exil, Benazir Bhutto avait déjà été la cible le 18 octobre d'un attentat, qui avait fait cent trente-neuf morts parmi la foule qui s'était massée à Karachi pour l'accueillir. Les autorités avaient par la suite multiplié les avertissements, assurant que des informations "précises" permettaient de penser que les terroristes islamistes voulaient attenter à sa vie. Après l'attentat du 18 octobre, Benazir Bhutto avait accusé à plusieurs reprises des "hauts responsables" proches du pouvoir et des membres des services de renseignements d'être à l'origine de cette attaque, sans jamais le prouver.

 

 

 

 

18:11 Publié dans Zoom out | Lien permanent | Commentaires (0)