Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2008

Dance me to the end of Love - Madeleine Peyroux

 

 



(je poste le youtube, car mon mp3 se charge bizarrement)

Greenwich Village, Manhattan, un bar jazzie. Il est 4.30 am. Un couple s'attarde à une table, les yeux dans les yeux. Un groupe d'amis discutent à voix feutrées. Un homme au bar, seul, devant son gin tonic. Et la chanteuse qui entonne cet air sans se soucier de l'heure. Elle est dans ses pensées, le public ne lui importe plus. A cette heure, en symbiose avec son pianiste, ils chantent pour leurs âmes. Le temps est suspendu, l'agitation passée. C'est une belle femme, d'âge mûr, toute de noir vêtue, les cheveux relevés en chignon, légèrement typée. Son compagnon musical est anachronique, habillé comme dans les années 30's, un costume trois pièces, un chapeau qui a vécu, lui auss, dans sa bulle. 

Où est-elle quand elle ferme les yeux ? Ici, et ailleurs, partout où le temps n'a point d'emprise, partout où ses douleurs s'évanouissent dans les plaines aux Esprits. 

" Dance me to your beauty with a burning violin
Dance me through the panic 'til I'm gathered safely in
Lift me like an olive branch and be my homeward dove  "

"- Viens mon Amour, viens danser avec moi, pour se souvenir de tous nos baisers d'antan. J'aimerais sentir encore tes bras autour de ma taille, tes doigts caresser mes cheveux, ton souffle sur ma nuque. Viens et garde moi tout contre toi, que je me sente exister. Viens et fais moi rêver à tout ce que nous aurions pû être si tu étais encore parmi nous. Je n'ai pas oublié. Ton regard, ton odeur, ta peau. Rien. A jamais tienne, même à travers les Songes. "

"Dance me to the end of love
Dance me to the end of love"

" - Mon Âme, je suis encore là, comme je te l'avais promis. Jamais ne te quitte, jamais ne t'abandonne. Ferme les yeux, tu sentiras mon corps. Endors-toi, j'apparaitrai dans tes Rêves. Et nous dancerons encore, et toujours malgré le temps qui passe. Je sentirais tes courbes à travers ta robe légère, même si je ne suis plus. Je suis tiens, une idée, une douceur pour panser tes plaies vives..."

"Let me see your beauty when the witnesses are gone
Let me feel you moving like they do in Babylon
Show me slowly what I only know the limits of"

 

Il ne reste plus que l'homme seul au bar.  Il a fini son gin tonic. Il regarde la chanteuse qui vient d'entonner une nouvelle fois cet air. Il la trouve envoûtante. Elle dégage une douleur intense, mais une voix... cette voix... Il reprend un gin tonic. Et elle continue de chanter... 

Les commentaires sont fermés.