Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2008

Femina n°1 - Hommage aux mères célibataires

 “J'ai imaginé sans complexe
Qu'un matin je changeais de sexe
Que je vivais l'étrange drame
D'être une femme”

Dans son énumération, notre ami Sardou a negligé une femme, une vraie, la mère célibataire. Je n’oublie pas les pères célibataires qui ont aussi beaucoup de mérite, mais, malgré les temps qui changent, une mère “célibataire” subit une pression sociale plus grande qu’un “père célibataire”. Et pour connaitre les deux cas de figure dans mon entourage, le père a même admis que ça donnait un certain comfort et un relatif succès auprès de la gente féminine.

Héroïnes modernes, quand elles parviennent à gérer admirablement de front, des gosses en bas âges (en-dessous de 5 à 7 ans), un boulot à temps plein, et une vie sociale un tant soit peu équilibrée avec encore une vie sentimentale réelle. A quand une légion d’honneur spéciale mère célibataire ? Le concept de “mère célibataire” n’est pourtant pas souvent un choix initial – très rare. On ne se dit pas un jour : “moi, mon rêve dans la vie c’est d’avoir des gosses, et les élever seul”, sauf si on s’appelle Angelina Jolie, et finalement même elle (et nous ne pouvons pas vraiment considérer qu’elle est dans la “norme”)… Non, souvent c’est le fruit d’un amour partagé, d’une passion, d’une envie de se reproduire. Vous savez, le : ils vécurent heureux jusqu’à la fin de leurs jours avec toute leur petite marmaille.

Admettons que déjà à deux, élever des enfants, ce n’est pas une partie de plaisir tous les jours mais seule… Alors certain(e)s diront “être à deux c’est tenter de résoudre à deux des problèmes qu’on aurait pas seul”, certes, mais à deux c’est quand même plus facile, quoi qu’on en dise.

Pour comprendre ce qu’est une mère célibataire, décryptons le specimen. Une mère est avant tout une femme. Qui dit femme, dit gestion des fluctuations hormonales, plus encline à devoir gérer les émotions, très portée sur l’affectif, et une femme, n’en déplaisent aux féministes convaincues, c’est aussi une petite chose fragile et qui a besoin d’être protégée aussi forte puisse-t-elle être. Tout comme les hommes, oui, nous savons, sont des êtres sensibles, mais le sujets ici concerne les femmes, désolée.

Une femme qui désire rester “femme” et pas uniquement cataloguée “mère” et bonne à être “mise au placard” doit correspondre aussi à tous les “critères” de la modernité concernant l’image qu’on se fait d’une femme. De plus en plus, il est apprécié qu’une femme travaillle, qu’elle reste coquette, jolie, dynamique.

Donc après s’être levée à 6 du mat’, avoir levé, habillé, nourrit les gamins, les avoir deposés à la crèche, chez la nourrice ou à l’école, elle doit être une femme active, dynamique, maquillée, parée à gérer tout ce que son activité professionnelle exige, puis rentrer chez elle à temps pour récupérer tout ce beau monde, éventuellement s’occuper de faire quelques courses, leur faire faire les devoirs, les laver, les nourrir, les coucher. Après sa vie à elle peut commencer seulement à partir de 21h30 il serait temps !

Si elle gagne bien sa vie, elle peut envisager une aide le soir qui lui permettra de sortir (si elle en a le courage, et qu’elle n’est pas épuisée), s’occuper de ses envies, loisirs. Si elle a un salaire moyen, oubliées les sorties, pas assez d’argent pour une babysitter, option dvd, film et après ? Après on recommence… Vous êtes épuisé(e)s ? C’est normal, ça fatiguerait n’importe qui ! Si en plus, elle tombe malade, imaginez la pression.

Conclusion : la mère célibataire a peu d’options. Si elle a de la chance et qu’elle est entourée, elle pourra envisager éventuellement d’avoir un peu de temps libre pour elle. Si elle n’est pas entourée, qu’elle a un salaire moyen, il faut être wonder woman pour conserver un dynamisme. Et rappelons aussi que les “wonder women” qui ont déjà des enfants ça fait souvent peur aux hommes... Ah oui la nature est parfois mal faite. A quand le Bridget Jones n°3, en mère célibataire ?

Pourtant, j’en connais, et à chaque fois ça force le respect. Chaque instant je me dis, mais comment font-elles ces mères alors que moi dans ma p’tite vie de jeune trentenaire qui ne doit gérer que sa miserable petite vie il m’arrive encore de me plaindre d’être fatiguée ?

Bref, rendons enfin hommage à toutes ces femmes qui chaque jour gérent avec succès et sans faiblir ces marathons quotidiens… et un clin d’oeil pour les pères célibataires qui ont leurs gamins à charge, parce qu’ils le valent bien aussi malgré tout !

20:45 Publié dans Femina | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Magnifique... Le rêve de beaucoup d'homme afin de comprendre cette espèce et le rêve de certaines femmes qui voudraient bien aussi être comprises...

Écrit par : Olivia | 20/02/2008

Il ne me reste plus quà réver, un peu plus, mais de cette façon
Jack NYC

Écrit par : jack NYC | 21/02/2008

Olivia/Erika ou ... who knows ? ;) >>> :)
Jack NYC >>> why ?

Écrit par : Lau | 22/02/2008

Bonjour
c'est toujours avec un immense plaisir que je lis votre texte qui me réconforte dans mon statut de mère célibataire!!!!!!!!!!
je voudrai vous dire merci merci infiniment pour cet hommage merci
je suis à Libreville au Gabon et vraiment ça me fait plaisir de lire ce genre de texte
donc il y a des personnes qui nous connaissent qui savent à peu près ce que l'on ressent ça fait chaud au coeur
merci merci
que Dieu vous paie pour cet hommage
merci merci

Écrit par : Bilkis | 29/09/2014

Les commentaires sont fermés.