Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2008

Il est 5h38... Je n'ai pas sommeil et Paris ne s'éveille pas encore :)

" Les travestis vont se raser
Les stripteaseuses sont rhabillées
Les traversins sont écrasés
Les amoureux sont fatigués

(...) 


Il est cinq heures
Paris se lève
Il est cinq heures
Je n'ai pas sommeil"

 

Cet air dans la tête, alors que l'aube n'est pas encore au rendez-vous, même si le ciel commence à rougir. Loin de l'agitation du bal l'Elysée, après le défoulement, des heures à danser sur de la musique live toujours excellentissime, le calme et le silence sont d'autant plus appréciés. Sentiment de liberté et d'apaisement. Les oiseaux commencent à chanter, j'aime autant l'aube que les nuits, comme beaucoup les noctambules. Vivre en décalage avec l'activité, avoir l'impression qu'on peut respirer, retrouver notre rythme... Ce sont des sensations dont je ne me lasse pas. 

"J'vis toujours des soirées parisiennes... j'voudrais vivre des soirées belles à Siennes et vivre au vent, à feu, à cent, m'ouvrir au sang, tu mens..."

 Ces soirées parisiennes improvisées... J'adore. 2h00 du mat' ... "Tu es là-bas ?" " Oui" "J'arrive !" Le bal de l'Elysée Montmartre ! il faut vivre cette expérience au moins une fois. J'aime cette salle, l'esprit qui y règne, où les gens sont là pour s'amuser, plutôt que pour se montrer. Certes des regards ci et là, naturellement. Mais contrairement à beaucoup d'autres "boites" parisiennes, ici on s'éclate, on aime danser, et on aime avant tout danser. Le live reprend  des airs  bien connus de tous, des classiques, des nouveautés, chaque musique entraîne et entraîne jusqu'à l'aube... 200% de plaisir. Puis on se sépare, l'une part en ballade pour prolonger le plaisir, l'autre rêvasse sur un simple échange de regard...

il est 6h17... il ne fait pas encore jour... et je n'ai toujours pas sommeil.... 

 
Pour accéder au MySpace du Bal, cliquez ICI.  

Les commentaires sont fermés.