Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2008

Bul'art n°4 - O-dog Lee

En attendant la publication de la 3ème rencontre de Neirie, le Bul'art n°4 qui n'a pas été publié mercredi....

 Après Musique sans Paroles, la world music de Pyramydes, le "pop alternatif" de Boréa, je vous fais découvrir l'univers beaucoup plus urbain de O-dog Lee. Pour la petite histoire, j'ai découvert O-dog Lee par O-dog Lee, de son vrai prénom Paul, lui-même, et pour cause, en parallèle de sa vie musicale, O-dog Lee est employé à la Poste et pour l'avoir croisé régulièrement dans les bureaux où je sévis souvent  on a sympathisé. Son look de rappeur ne correspondait pas à l'idée qu'on peut se faire d'un postier "classique". De fil en aiguille, la question : "mais tu fais autre chose à part venir prendre le courrier ?"... Bingo, il fait de la musique. A l'image de son look vestimentaire, O-dog Lee est un groupe tendance hip-hop... Le son m'a semblé pas mal pour qui ne bosse pas dedans... Certes ça plaît ou ça plaît pas (pour le fond). Sardkore m'a fait marrer.

O-dog Lee ça vient d'un mélange entre le héros de Menace II Society et Bruce Lee... En se torturant un peu la tête, on en arrive (toujours selon l'intéressé) à l'idée du ying et du yang. L'un meurt jeune dans des circonstances bizarres, l'autre ne meurt pas à la fin du film alors que c'est une crapule... La vie et la mort, la justice et l'injustice, la folie et la raison... Un peu flou ? Vous pouvez toujours poser directement vos question (en commentaires en dessous) à O-dog Lee ! 

Bref, pour la petite biographie (pris sur le myspace) :

"En 1981 dans une famille de musiciens classiques, d’un père violoncelliste concertiste et professeur au conservatoire et d’une mère pianiste, O-dog Lee commence la musique classique à l’âge de quatre ans.  A dix ans, parallèlement à cet univers, il lie ses premières amitiés qui l’amèneront à l’amour du Hip Hop. La sortie de l'album IAM "Ombre est lumière (édition double)" et celle du Wu-Tang "Enter the Wu-Tang" resteront ses grandes références.  A quatorze ans, il débarque à Lyon et change de vie, arrêtant la musique classique. Il écrit ses premiers textes. Simultanément il débute la danse Hip-Hop, et en particulier le break. Puis il abandonne la danse pour se consacrer pleinement au rap. Commencent alors les freestyles radios, les scènes MJC ainsi que les tremplins.

En 1999, le rappeur rencontre le compositeur JC Cook avec qui il fera ses premières créations d’instrus. Il crée son premier groupe Kok Dee Kayn (Nomak, JC Cook, Zeady-Kay, DND) qui s'arrête quelques mois plus tard.  

En 2003, il sort son premier album éponyme "O-dog Lee", totalement autoproduit. Le ton de ce premier album est conscient, avec un son plutôt griffé east coast.  Dans le même temps, pour appuyer la sortie de l'album éponyme notamment, il fonde l’association Samsara Prod en compagnie de Nomak et de Sydharta. Ce premier album sera étoffé d'un premier clip, "Voila Pourquoi", aux côtés d’un jeune réalisateur : Raphaël Sackur. Cela s’annoncera comme le début d’une longue collaboration qui se poursuivra par la réalisation de plusieurs clips. "Voila Pourquoi" sera diffusé plusieurs mois sur ZIK TV. Au même moment, il rencontre DJ Solo, avec qui il fait plusieurs scènes au moment de la sortie de l'album. Ensemble, ils créent 2H2F, structure dédiée à la sortie de mixtapes, dont un seul volume verra le jour. L'aventure s'arrêtera brutalement entre les deux hommes quelques temps plus tard.  L’album sera défendu grâce à des scènes, des radios, des campagnes d'affichage intenses, de la street promotion ainsi que des chroniques diffusées dans divers magazines. Les échos s’avèrent positifs. A la suite de cela il participera à différents projets. Après cet album, l’artiste se met lui-même à la composition, ce qui marque la fin de la collaboration avec JC Cook. Au fur et à mesure l’artiste ouvre son univers musical et découvre de nouvelles sonorités. Le son s’étoffe peu à peu avec diverses influences telles que la musique classique, l'électro, la musique africaine ou le ragga. Il compose alors pour des groupes locaux (TP, Nomak, B.O.B,...) et pour ses propres textes.

Début 2004, soutenu par Samsara Prod, le deuxième album d'O-dog Lee est mis en marche. Résultat : une vingtaine de morceaux, de nombreux featurings inédits (The Real Fake MC, H2Zuu, Racines Carrées, Bliss, TP, Kenny Ken, Sir Jean de Meï Teï Sho, Jazz, Sheesha, son père, etc...), un gros travail de composition, des chanteurs issus d'autres horizons et d'autres langues. Cet album reflète sa quête du métissage et son ouverture d’esprit sur le hip-hop. Mais face à la dure réalité de l’autoproduction "Menace II Hip-Hop Society" ne sortira pas.
Début 2005, insatisfait, il décide de s’installer à Paris. Il crée un pôle "composition" sous le nom de NO BLAAZE INC, avec une devise : "Mon Hip-Hop n'a pas de limites".

Début 2007, il reprend l'écriture de nouveaux titres et prend un tout autre tournant stylistique adoptant ainsi la crunk. La crunk est une nouvelle révélation pour celui-ci, qu’il aura après le visionnage du film "Hustle and flow". Réadaptation du flow, nouvelle manière d'écrire et d'envisager un morceau de A à Z mais aussi nouvelle manière d'aborder les thèmes, soit pour lui, un retour à la création. Il définit cette découverte comme « une renaissance » sans abandonner les autres sonorités pour autant.

En juillet 2007, O-dog Lee sort un cd promotionnel de quatre titres : "Crunk Time". Ce cd parallèle aux élections présidentielles donne lieu à un titre pamphlet "Sardkore". Raphaël Sackur le clipera depuis Lyon en un mois à peine. Le titre ne pouvant être diffusé en télé tourne sur les plateformes du net telles que You Tube, Dailymotion, Wat Tv... "Sardkore" est un véritable carton. Le clip est même présenté par Karl Zero en personne, pour son "Journal du web", quelques jours avant le premier tour. A l’heure actuelle, on dénombre plus de vingt mille visionnages tous sites confondus."

Pour le myspace de O-dog Lee : cliquez ICI

Pour le myspace de No Blaaze Inc : cliquez ICI.  

Deux extraits musicaux de O-dog Lee : ENJOY ! (ou pas mais "rien  foutre ;)")

Sardkore

podcast 

Rien à foutre


podcast

 

 

13/05/2008

Stress de Justice, réalisé par R. Gavras - envoyé par Romano

Le dernier clip de Justice par R. Gavras, produit par 75.... Le scénario est une sorte d'Orange Mécanique moderne... mais le concept aurait peut-etre du aller encore plus loin....   Interdit de diffusion à la télé, aux dernières nouvelles.  Je vous laisse vous faire votre propre avis, perso j'aime bcp.

 

25/04/2008

Bul'art n°3 (ok on est vendredi j'y arriverai un jour à publier le mercredi) - BOREA

Un autre groupe de musique encore pour ce Bul'art, soufflé par Hélène qui m'a envoyée le lien de leur MySpace. On quitte le côté un peu décalé de Musique sans Paroles, et on est très loin de la world music de Pyramydes, là c'est plutôt du "pop alternatif" comme ils le définissent eux-mêmes. Très gentiment Frédéric, m'a envoyée deux mp3 que je lui avais demandés pour présenter leur genre musical (mais si vous allez sur le site, vous pouvez en télécharger). Leurs influences musicales Muse, Supergrass, Radiohead, The Strokes et j'en passe...(@ttica, ça devrait te plaire...)

Pour l'historique du groupe (choppé sur leur myspace) :

"C’est en 2005, sous les aurores boréales de Suède que les premières compositions sont écrites par Fred Volpi, influençant le nom BOREA. Un style mélodique aux ambiances « Tim Burtonesque » pour piano, guitare et basse. Fred est alors pianiste dans une comédie musicale (LuleSpexet 2005) cette opportunité lui permet de se produire lors d'une tournée dans de nombreuses villes de Suède: Stockholm, Lulea, Linköping, Skelleftea, Göteborg... En 2006, BOREA se restructure en France à Nancy. Les répétitions se font alors plus nombreuses et plus sérieuses. Le groupe se produit régulièrement sur les scènes du grand Est (Nancy, Metz, Luxembourg, Belfort, Montbéliard ville d'origine de Fred), et enregistre une première maquette sous le nom The Washing Machine.  Enfin, en 2007 Fred recentre le groupe sur Paris, avec Kris la bassiste déjà présente en Suède (compagne de Fred). Nico les rejoint à la batterie. Certaines compositions sont conservées, d’autres sont ajoutées au set du groupe qui se forme rapidement une nouvelle identité plus pop, les concerts se font alors sans attendre sur des scènes parisiennes (Le Gibus, Capitol Studios, CafMuz…)"

Bref, suffit les mots, voilà les deux extraits :

Single Ride 

podcast
 
Spring 

podcast

 

Si ça vous plaît : 

- le myspace : c'est ICI.

- le site web : c'est LA.

- leur musicblog : par ici.

- leur bio en format pdf :  Bio_Borea.pdf

17/04/2008

Bul'art du "mercredi" (la blague on est jeudi) n° 2 - Pyramydes

La semaine dernière c'était Musique avec Paroles, cette semaine c'est Pyramides... Je vous sors des groupes de musique de nulle part me direz-vous. Certes. Mais parce que c'est ça "mon" truc, c'est le mélange des choses connues/pas connues, c'est mettre en valeur des artistes sortis du bout du monde.... en l'occurence ceux-là, viennent d'Afrique, ont une histoire particulière (ce qui naturellement m'a interpellée tout particulièrement) et sévissent en Indre-et-Loire. Et pour la petite anecdocte, c'est mon père (et oui il est ché-bran mon père, il a un compte deezer, a découvert MySpace, chatte sur msn....) qui m'a fait découvrir ce groupe.
 
Présentation du groupe (extrait de leur MySpace) :"Le groupe « Pyramydes » est né le 18 novembre 1998. Il est formé de cinq vieux amis, chrétiens et musulmans confondus, l’identité de ses membres n’ayant jamais varié depuis la fondation du groupe. Conscients du peu de poids de la musique Tchadienne au sein de la musique africaine et mondiale, les membres de « Pyramydes » ont choisi d’affirmer leur identité culturelle, à travers des compositions originales qui puisent dans la tradition de leur pays. « Pyramydes » combine le langage musical typiquement Tchadien, dans lequel il excelle, avec des sonorités plus contemporaines. Il a créé ainsi un style qui lui est propre, et qui est unique en Afrique. "

Voilà pour la prez' officielle, celle officieuse. Le chanteur, Djanga, est aussi un artiste-peintre.  Le groupe est venu du Tchad y'a quelques années en France (environ 3 ans) pour faire une tournée... Mais pour des raisons politiques et pour des risques réels sur leurs personnes, ils ont du rester en France. Pendant 1 an et demi sans-papiers, et régularisés en décembre/janvier dernier. Sachez qu'aucun n'a suivi de cours de musique, c'est "au feeling" comme on dit.... A présent, ils doivent vivre, alors faites-les connaître si ça vous plaît :) ! C'est du registre de la World Music... et moi J'AIME ! 

Plus d'infos : ICI.

Pour leurs myspace : c'est LA.  

Quelques extraits :

Soleil d'Afrique


podcast

Kai Kai


podcast

 

 

19:11 Publié dans Bul'art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pyramides