Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2008

4h55 ... bien-être.

4h55... j'aime toujours autant les nuits parisiennes, rouler, encore rouler et rouler...

4h56... j'aime les amis de longue date, avec qui on se sent bien sans masques, sans artifices, sans rien à prouver. 

4h57... j'aime présenter à ma "famille" d'adoption un ami qui ne fait pas partie de ce "groupe" originellement, mais qu'ils arrivent à situer. Mon ami... Et s'il passe apparement un pas trop mauvais moment c'est encore mieux. Rares sont ceux/celles que j'"emmène"/j'ai emmené avec moi avec eux... je les compte sur les doigts de la main. Les amitiés éternelles... Dans ma vie à jamais désormais, mais tu le sais déjà :). 

4h58... j'aime les anniversaires quand 13 ans avant on s'était dit, mais oui on fêtera nos 30 ans ensemble un jour...  On lève la tête, et on est tous/toutes encore là. Un vrai bonheur. 

4h59...  je vais dormir, tout sourire. Bonne nuit.

06/04/2008

Il est 5h38... Je n'ai pas sommeil et Paris ne s'éveille pas encore :)

" Les travestis vont se raser
Les stripteaseuses sont rhabillées
Les traversins sont écrasés
Les amoureux sont fatigués

(...) 


Il est cinq heures
Paris se lève
Il est cinq heures
Je n'ai pas sommeil"

 

Cet air dans la tête, alors que l'aube n'est pas encore au rendez-vous, même si le ciel commence à rougir. Loin de l'agitation du bal l'Elysée, après le défoulement, des heures à danser sur de la musique live toujours excellentissime, le calme et le silence sont d'autant plus appréciés. Sentiment de liberté et d'apaisement. Les oiseaux commencent à chanter, j'aime autant l'aube que les nuits, comme beaucoup les noctambules. Vivre en décalage avec l'activité, avoir l'impression qu'on peut respirer, retrouver notre rythme... Ce sont des sensations dont je ne me lasse pas. 

"J'vis toujours des soirées parisiennes... j'voudrais vivre des soirées belles à Siennes et vivre au vent, à feu, à cent, m'ouvrir au sang, tu mens..."

 Ces soirées parisiennes improvisées... J'adore. 2h00 du mat' ... "Tu es là-bas ?" " Oui" "J'arrive !" Le bal de l'Elysée Montmartre ! il faut vivre cette expérience au moins une fois. J'aime cette salle, l'esprit qui y règne, où les gens sont là pour s'amuser, plutôt que pour se montrer. Certes des regards ci et là, naturellement. Mais contrairement à beaucoup d'autres "boites" parisiennes, ici on s'éclate, on aime danser, et on aime avant tout danser. Le live reprend  des airs  bien connus de tous, des classiques, des nouveautés, chaque musique entraîne et entraîne jusqu'à l'aube... 200% de plaisir. Puis on se sépare, l'une part en ballade pour prolonger le plaisir, l'autre rêvasse sur un simple échange de regard...

il est 6h17... il ne fait pas encore jour... et je n'ai toujours pas sommeil.... 

 
Pour accéder au MySpace du Bal, cliquez ICI.  

31/03/2008

Wax Tailor - Seize the day


podcast
 
Pendant que la plupart dorment, les insomniaques veillent... 

30/03/2008

5h09... Une expat' parisienne à Paris...

Nous lisons les récits des expatriés souvent avec attention, car ils nous emmènent loin de notre quotidien... A cet instant précis, je pense à Blogalore, le site d'Antoine, mais il y a aussi d'autres sites relatant des voyages, des tours du monde, des expériences "à l'étranger". Ce qui nous fascine c'est la découverte de l'autre, c’est le regard du voyageur sur un autre monde, donc finalement c'est toujours plus ou moins en fonction de "notre" culture. Soudain notre vie a des horizons nouveaux et ça nous oxygène... Un instant d'évasion, le temps d'une lecture.
 
Ce soir arpentant la bîtume, je me suis imaginée "expat'” à Paris... Et si... Et si, Paris et La France n'étaient pas mon pays, ma culture d'origine, comment percevrais-je l'énergie de cette cité ? Et vous... Vous devant votre écran, imaginez que soudainement vous êtes un étranger dans votre environnement,ré-apprenez à VOIR votre quotidien…  

Oublier tous nos repères, nos habitudes, et voir la Ville comme si nous la découvrions pour la première fois. Les rencontres amoureuses sont comparables. Au début il y a la nouveauté, l'excitation des sens, l'observation, l'apprivoisement... Et au fur et à mesure, il y a l'approfondissement, le quotidien, les détails des premiers jours auxquels nous ne faisons plus attention. Il y a les qualités que nous apprenons à aimer chaque instant davantage, mais aussi les défauts qu’on accepte et qu’on finit par adorer aussi. Puis vient le temps de l’agacement, des crises qu’il faut apprendre à gérer, les tentations d’un ailleurs plus sexy, l’attrait de la nouveauté…

Paris, j’aime tellement Paris, et pourtant notre histoire d’amour n’était pas si bien partie, car Paris était trop grande, Paris était oppressante, ne pas pouvoir projeter mon regard loin sans buter sur des immeubles, du béton, était fatiguant.

Et finalement… j’aime le spectale permanent qu’offre cette ville-musée. Notre-Dame, l’île Saint Louis, la place de la Nation, la place de Notre Dame des Victoires, celle des Vosges, la Madeleine, la Concorde, le Champ de Mars, la Butte aux cailles, l’esplanade de la BNF, les ruelles du 20ème, le Père Lachaise, le microcosme de Bastille ou la rue Montorgueuil, le Panthéon, la Sorbonne, l’Opéra Garnier, Beaubourg et le Marais et… Montmartre. Ah Le Sacré Coeur, j’aime et ne me lasse.

Le romantisme parisien que perçoivent les Touristes, je le conçois, cette ville fait rêver… Moi Américaine, Anglaise, Japonaise, Espagnole, Italienne, Biélorussienne et toutes les autres, j’ai rêvé de Paris, de la French Touch des hommes, de la Tour Eiffel illuminée, des bâteaux-mouche. J’ai voulu sentir l’atmosphères des Cafés, des bistrots, acheter ma baguette fraîche, découvrir le Louvres, me balader dans le jardin des Tuileries ou du Luxembourg, et flâner sur les quais St Martin ou me perdre sur les Buttes Chautmont. Chaque quartier a une âme. Il y a aussi les odeurs de pains au chocolat dans le métro des Champs Elysées, ou celles chargées des quartiers Chinois que ça soit Belleville ou le 13ème… Il y a les chanteurs dans les métros, des immigrés ou artistes de rues. Il y a ces Taxis, tantôt sympathiques, tantôt renfrognés, et impossible à trouver le soir. Il y a tous ces restaurants, et les kiosques à journeaux, les distributeurs du 20 minutes ou Métro le matin. Il y a tous ces marchands de crêpes, et les bouquinistes sur les quais… Le pont des Arts…

Paris sera toujours Paris… et j’ai plus de deux amours, mais elle en fait partie…