Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2007

Je voulais te dire que je t'attends - Les Enfoirés

 
podcast

 
"Je voulais te dire que je t'attends... Et tant pis si je perds mon temps... Je t'attends. Je t'attends tout le temps, sans me décourager pourtant..."

Lecture aléatoire / Temp d'arrêt / Le temps d'une pause, le temps d'un souffle.

- Regarde...

- Regarde où ?

- A gauche de ton coeur.

- Je ne vois rien.

- Essaie encore, prends ton temps, prends le temps d'entendre le piano, les intonations de voix, ferme les yeux.

- "Moi, je vous regarde...."

- C'est ça...

- "Je voulais te dire que je t'attends... et tant pis si je perds mon temps... Je t'attends, je t'attends, tout le temps..."

-  Alors ?

- Dans mon univers, il y a des douceurs, des rires d'enfants, des rêves qui jouent à saute-mouton avec le Ciel. La lune rousse me regarde - amusée - se réjouissant de mon air béat quand je la regarde.  Naturellement c'est la plus belle femme de tous les Songes. Oui, je sais, je ne suis pas objectif. Mais que veux-tu, c'est trop tard n'est ce pas ? Quand on est émerveillé chaque fois qu'on l'apperçoit, quand il y a ce frisson qui vous envahit dès qu'elle vous sourit, l'évidence. Je peux rester des heures dans ses bras, apaisé et heureux. Je n'ai besoin de rien, je ne pense plus à rien, ce bien-être... Parfois je me surprends en pleine journée à rêver de la douceur de sa peau, son odeur, et je me sens bien. Elle est toujours là, quelque part en moi, à chaque instant, quand je travaille, marche, et mes rêves... Naturellement. Elle est belle ma Tendresse.

- Comment sais-tu que ? ...

- C'est une plume, aérienne, elle est légère... Elle me fait voyager à travers les Sphères réelles ou irréelles, je suis en Egypte, en croisière sur le Nil vers la Vallée des rois, en haut de l'Empire State Building et le Monde s'offre à nous... En ballade dans les rues de Paris, ou au fond des Océans jouant avec les dauphins, ou aux Sommets des 7 Univers au milieu des étoiles filantes. Le Temps hiberne, et nous batifolons. Mon Inspiration est douce.

- Mais alors...

- Oui...

- Que faire ?

- Regarde...

- Regarde où ? 

- Là, à droite de ton coeur.

- Je ne vois rien.

- Essaie ! Si j'ai réussi, tu devrais pouvoir y parvenir.

- "Ma vie s'est arrêtée quand tu m'a quitté(e)..."

-  C'est ça...

- "L'autre jour j'ai vu quelqu'un qui te ressemble... Et la rue était comme une photo qui tremble... Si c'est toi qui passe, le jour où je me promène. Si c'est vraiment toi, je vois déjà le ciel !"

- Alors ?

- Les nuits blanches, les angoisses, le manque, le vide, la douleur, la souffrance, les tristesses, les doutes, les pleurs, le désespoir... Un pull en cashmere sous des flocons de neige. Elle dessine une fleur rose dans le ciel avec son feutre. Elle cherche son rayon de soleil, mais il a été volé et mis dans un flacon par le Seigneur Spleen. Il erre à travers les plaines sans noms. Passion, elle les torture. 

- Comment sais-tu que ?...

- Car elle est son oxygène, il est sa respiration. Elle est son désir, et lui son rêve... Des gouttes de rosée... fragiles, délicates, éphémères... Regarde-les, ils visitent Complicité, enthousiates.

- Mais alors...

- Oui...

- Que faire ?

- Rire et rêver encore .... 

16/09/2007

Ballade 6 - 16/09/07

bbf873a028d1e93b0e0f67f62a85d830.jpg
38d19e80779de2d8df1c0bd6483ba5b9.jpg
c1c05561dcc80f0664eebe48d4955694.jpg
04f148a91cc13ca83f4c766902e79688.jpg

8471b0d659258269c9d12bc331147dcc.jpg
be2628c2bb127e0fe0ab71e8d0a7c526.jpg
 

14/09/2007

Ballade 5 - 12/09/07

8d0f818258601998d925fb90207d647d.jpg
d656d8e0a2d53e42deb4ac0176bb8ee2.jpg
01050f1b6329035eaa3f47f1fec3779c.jpg
 
 

11/09/2007

White Wedding


 
podcast
 White Wedding  - Pastel Vega

 

Tournent, tournent les pages... parfois lentement, parfois plus rapidement, tourbillon.

- Enchanté, heureux de vous re-rencontrer.

- Nous connaissons-nous ?

- Oui, je vous ai enlevée tous les Crépuscules, nous avons fait des ballades.

- Des ballades ?

- Toutes les nuits. Compagnon de vos noctambulismes, invisible, une caresse, un respiration, un baiser.  Je suis l'ombre discrète de vos rêves, et de vos désirs... Je ferme les yeux et je vous revois, avec votre longue nuisette blanche qui laisse deviner vos formes, vous dansiez devant moi... d'étoiles en étoiles. 

- En êtes-vous certain ?  De tout cela, point je ne me souviens.

- Parce qu'à l'Aube vous vous réveilliez, amnésique de ces bonheurs volés aux autres Réalités. 

Tournent, tournent les pages... parfois lentement, parfois plus rapidement, tourbillon.

- Suis-je l'Oubli ?

- Non, vous êtes la Naissance et la Mort, le début et la fin, éternel recommencement.

- Et vous ?

- Je suis votre Mirage.

Tournent, tournent les pages... parfois lentement, parfois plus rapidement, tourbillon.

- Emporte-moi...

- Où ça ?

- Là où le ciel croise les océans, là où la fraîcheur du vent devient colorée, là où les brumes illuminent, là où mon Ombre a disparu. Etonne-moi.

- Ferme les yeux. Laisse ma langue frôler ta bouche, sens tu mon souffle sur ta nuque, et mes doigts frôler tes courbes.... 

Tournent, tournent les pages... parfois lentement, parfois plus rapidement, tourbillon.  

- Quelle route choisir ?

- Celle où te mènent tes Univers.

- Elle joue à cache-cache.

- C'est son essence. Insaisissable. Elle flirte avec l'incertain, fait l'amour avec l'Aventure. Sans lendemain. Elle vit.

Tournent, tournent les pages... parfois lentement, parfois plus rapidement, tourbillon.

- Où est le Temps ? 

- Immobilie entre la demi et pleine lune.

- Est-il perdu ?

- Non, il ouvre les portes invisibles.

Tournent, tournent les pages... parfois lentement, parfois plus rapidement, tourbillon.  

- Heureuse de vous avoir re-rencontré.

- Nous connaissons-nous ?

- Vous m'avez enlevée tous les Crépuscules, nous avons fait des ballades.

- Des ballades ?

- Toutes les nuits. Amie de vos rires, et sourires, enjouée, naîve, étonnée, un rythme. Je suis votre évasion et vous êtes mon bonheur. Je suis votre Aérienne, et vous, mon Sens. 

- En êtes vous certaine ? De tout cela, point je ne me souviens. 

- Parce qu'au Crépuscule, vous vous endormiez, laissant la Nuit veiller sur votre Divagation... 

Tournent, tournent les pages... parfois lentement, parfois plus rapidement, tourbillon.