Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2007

Trajet 2


 
df79ca956bb3e17eb747995891497341.jpg
 
f5bd27cb5f407bb68295e712f83acccd.jpg
 
c2e62f3354dbec52d81a93a885efae0c.jpg
7362ec9396a692b6b18e3a04d4c77327.jpg
 
d4d9354bd3012be151463d48ee7ff9bb.jpg
 

31/07/2007

2h11... What more can I say....


podcast
What more can I say - Nina Simone 
 
I would do anything, anything you say
If you would just be mine
What more, what more can I say?

I would give anything, anything I own
If you'd be my love
What more, what more can I say?

Anything I've got to give, it's not a lot to give
Baby if I'm giving it to you
Anything is nice to give, I don't have to think twice to give

That's how much I love you Daddy, that's how much I love you
I say that's how much I love you
That's how much I love you

I would go anywhere, anywhere you go
If you just say you wanted me too
What more can I say
 
 
 
 

Poser la tête sur la table, et écouter en boucle cette voix chaude qui fait du bien... L'amour, ah l'amour. La tendresse, ah la tendresse. Est ce que ça signifie encore quelque chose l'Amour pour certains/certaines ? Est ce que ce vibrant sentiment qui fait que le matin vous vous levez, sourire à la c..., heureux/heureuse, existe encore pour vous ? Celui qui fait que les moments de tendresse, on aimerait qu'ils durent toute la vie... Celui qui fait que quand on regarde l'autre, on se sent transporté... Celui qui fait que dans les bras de l'autre, rien ne peut nous arriver, rien... Celui qui fait qu'on ne peut pas l'expliquer, c'est "parce que c'était lui, parce que c'était moi"... Celui qui fait que vous sentez un truc qui vous donne des papillons dans le ventre et des paillettes dans les yeux.

Les grands sentiments amoureux ont été ridiculisés par les comédies romantiques blockbuster.. Trop de miel, trop de sucre, trop de romantisme qui n'existe que dans les films... Le cynisme et la prudence sont à la mode, la désinvolture et la peur de souffrir aussi. Et pourtant... Et pourtant...

Et pourtant, est ce que ce n'est pas finalement ce que tout le monde cherche : l'Amour. Qu'on le refuse, ou qu'on court après, il est toujours là, ce truc qui permet de se sentir vivre... et pas qu'un peu, pas médiocrement, sans saveur. Non l'épicé, le vrai, les envies qui défilent à toutes vitesses, les rêves qu'on a soudain envie de réaliser, les expériences qu'on a envie de partager, celui là... Celui-là qui ne laisse aucun doute que ça durera pour l'éternité... même si le cynisme des années a appris à relativiser. C'est cet amour qui fait se sentir grandi et où on a envie de dire à voix haute :" PU.. C'est bon !"....  parce que ça l'est... Carpe Diem, il disait l'autre ;). 

 

28/07/2007

I've got you under my skin


podcast
 

Ive got you under my skin
Ive got you deep in the heart of me
So deep in my heart, that youre really a part of me
Ive got you under my skin

Ive tried so not to give in
Ive said to myself this affair never will go so well
But why should I try to resist, when baby will I know than well
That Ive got you under my skin

Id sacrifice anything come what might
For the sake of having you near
In spite of a warning voice that comes in the night
And repeats, repeats in my ear

Dont you know you fool, you never can win
Use your mentality, wake up to reality
But each time I do, just the thought of you
Makes me stop before I begin
cause Ive got you under my skin

 

 

2h56 .... Fermer les yeux, comme souvent, quand je me retrouve enfin au calme, alors que tout le monde dort. Fermer les yeux et inspirer, et expirer à fond. Prendre le temps. Prendre le temps d'écouter tous les sons de cette musique que j'adore. Les souvenirs qui s'y rattachent peut être aussi...  Les tristesses, les morsures, la colère, mais aussi la nostalgie, la joie, les bonheurs. Tout se mêle entre la batterie, la trompette, la basse... Entendre à nouveau ces rires, revoir les sourires. imaginer quelques pas de danse.  Elégance, le soir dans un salon, on est en janvier 1956... Frank Sinatra est encore vivant et nous sommes encore en pleine guerre froide. Tam, tadam, tadam. Hop, un tour, on se balance un peu d'un côté et de l'autre, sur le rythme langoureux de cette chanson célèbre. 

- Une danse mademoiselle ?

- Vous êtes bien aimable, volontiers.

Il tend sa main pour qu'elle se redresse du fauteuil, près du feu, où elle est assise. Il aime ses longs gants blancs, sa jolie robe dernière tendance... Et il l'emporte dans un tourbillon cadencé et rythmé. Complicité et tendresse. Tam, tadam, tadam, tam.... Et comme dans les films hollywoodiens de la Grande Epoque, ils se regardent en se perdant dans les yeux de l'un et de l'autre. Heureux et se promettant en silence leur amour pour l'éternité. L'éternité d'un instant. 

- Mademoiselle, vous êtes charmante... Comment connaissez-vous Frank ?

- Nous nous croisons souvent chez des amis. Et j'aime beaucoup sa musique...

Fermer les yeux encore. Zoom out lent sur les deux danseurs. Plan large. Ils sont sur une scène de music-hall à présent.

- Pourquoi dansons-nous ?

- Pour nous dire tout ce que nous n'arrivons pas à exprimer avec la parole.

- Et que me dites vous sans me l'exprimer ?

- Je pourrais vous dire des roses et des fleurs, des bijoux comme meilleur ami des femmes, mais je vous mentirai.  Je vous dis simplement que je vous désire, que nous pourrions laisser nos corps se découvrir et s'entendre. Je vous dis que je rêve d'escapades improvisées, de chamailleries mignonnes pour mieux se retrouver ensuite... Je rêve des matinées où tendrement je vous enlacerai après vous avoir observé dormir. Je rêve des surprises que nous nous ferons pour entretenir, cette petite flamme des premiers temps. Je rêve de ces douleurs que nous surmonterons pourtant. Je rêve à cette fin que vous souhaitez déjà anticiper, pourtant laissez-vous juste porter par cet air. J'aime sentir votre parfum, et, si vous m'en laissez le temps, cette fragrance racontera peut-être toute notre future belle histoire d'amour.  Je vous dis que nous avons la chance que nos routes se croisent... Voilà tout ce que je vous dis, sans l'exprimer. 

Noir. "I've got you ... under my skin.... ".... 

 

3h49 - Distraite, endormie... Inspirer profondément, expirer profondément et zou... tout le monde au lit. 

 

 

18/07/2007

2h25... The Great Escape


 

podcast

 

 
The Great Escape  - Patrick Watson toujours

Bonne nuit.... c'est la nuit (comme les moutons d'Arte....)