Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2007

My cousin is a star... :p

Alors si vous cliquez , lui, là c'est mon cousin, si si...

Bon ça vous parle pas des masses, alors il faut aussi cliquer LA.  

Si, si, il est bien ICI.  

Ok... on est peut être une famille de geek finalement réellement dans cette famille... un peu.. beaucoup ? euh...

00:25 Publié dans TELEGRAMME | Lien permanent | Commentaires (0)

20/11/2007

Prix du Style 2007 - 28 Novembre 2007

Le prix du Style 2007 c'est le 28 Novembre et c'est au restau-club LE LUPP.
 
Pour y participer, il faut contacter les organisateurs ! :)  
 
350b0fc1681b3909a9aca277496237e7.jpg
 

16:35 Publié dans TELEGRAMME | Lien permanent | Commentaires (0)

10/09/2007

Jean-François Bizot est mort

>>> c'est un sacré personnage qui s'en va. Ayant travaillé à Nova, je le connaissais. La description est assez juste. Que va devenir Novapress à présent...  
 
LE MONDE | 10.09.07 | 07h54  •  Mis à jour le 10.09.07 | 10h15

Jack, c'est ainsi que Jean-François Bizot avait coutume d'appeler son cancer. "Jack le squatter, écrivait-il dans Un moment de faiblesse (Grasset, 2003), on ne va pas oublier qu'il doit rester minoritaire en vous". Jack a fini par gagner. Fondateur d'Actuel et de Radio Nova, Jean-François Bizot est mort samedi 8 septembre à l'âge de 63 ans. Licencié en sciences économiques, diplômé de l'Ecole nationale supérieure des industries chimiques, ingénieur économiste au Bureau d'information et prévisions économiques (BIPE) puis, en 1967, journaliste à L'Express : rien ne prédestinait ce fils de famille à devenir l'un des papes de la contre-culture et de la presse underground. Survint Mai 68. Il devint maoïste, proche du PSU puis libertaire. Surtout libertaire en réalité.

Très jeune, son père lui avait confié 800 millions de centimes. Gauchiste et riche, Bizot se demanda quoi faire de tout cet argent. Avec une bande de copains (Michel-Antoine Burnier, Patrick Rambaud, Bernard Kouchner), il décida, en 1970, de transformer Actuel, une publication née fin 1968 dans l'explosion du free jazz, en un journal underground. "A 20 ans, au milieu des années 60, écrivait Bizot dans la préface de Free Press, le magnifique ouvrage qu'il a consacré à la contre-culture vue par la presse underground (Panama, 2006), nous nous sentions comme des enfants accouchant d'un nouveau millénaire (…). Nous voulions tout réinventer. Une révolte à la fois clocharde, céleste, révolutionnaire, cyberfreaks et vidéo guérilleros, sexplorateurs, écologistes..."

Très vite Actuel vendit 50 000 exemplaires. Des noms mythiques, Zappa et ses Mothers of Invention, Captain Beefheart, Tim Buckley. Une certaine manière de résister. "La contre-culture ! disait Jean-François Bizot. Vivre à l'écart pour se forger de nouvelles valeurs. Souterrain, marginalité, troc, route, communauté, liberté sexuelle, écologie, utopie, nouvelles technologies…" La première formule d'Actuel était tout cela à la fois. Aux côtés de "Libé" et de Hara-Kiri Hebdo, une véritable révolution dans la presse française.

Eclectisme de Bizot : en 1975, il publie avec ses deux compères Léon Mercadet et Patrice Van Eersel Au Parti des socialistes, plongée libre dans les courants d'un grand parti (Grasset). Un voyage dans la social-démocratie qu'il ne serait pas inutile de relire aujourd'hui. L'année suivante paraît Les Déclassés (Le Sagittaire, réédité en 2003 chez Grasset), un roman générationnel où se croisent tous les gauchismes, les avant-gardes, les Black Panthers, le MLF, les freaks, les hippies… 1981 : Mitterrand est élu, Bizot crée Radio Nova, sorte de prolongement radiophonique et musical de la nouvelle formule d'Actuel qu'il a inventé deux ans auparavant. Une "sono mondiale" où vont s'entremêler les rythmes de toutes les musiques. Il y eut aussi un nouveau journal, Nova Magazine, des films, notamment Get Up Stand Up, Histoire du reggae (1995) et Gimme My Money Back (1996), et mille autres choses encore.

Et puis il faut parler du personnage Bizot, sorte de patriarche de la maison Nova, généreux, fort en gueule, capable de parler des heures sans s'arrêter, vérifiant simplement qu'on le suit par des "d'accord ?" à répétition, un fou de jazz, de Kessel et de journaux, sans cesse à l'affût des nouvelles avant-gardes et des révolutions à venir. Il pestait contre l'air du temps anti-soixante-huitard. Attention, disait-il, à "cette société de la liberté surveillée qui se crée dans notre dos, par une coalition de quadragénaires psychomoralisateurs".

Ces dernières années, il avait dû batailler contre son cancer. Avait tout tenté pour le vaincre. A l'autre bout du fil, sa voix grave s'informait des dernières nouvelles de la presse, des projets à venir. Toujours avec cet humour tendre et corrosif qui était sans doute aussi une manière de toiser Jack. Il était une fois Jean-François Bizot, un homme libre dont la vie respirait grand angle.

Franck Nouchi


11:20 Publié dans TELEGRAMME | Lien permanent | Commentaires (0)

27/06/2007

Design Conseil :-)

Et hop un p'tit article sur Design Conseil, parce que ce sont mes amis :)

http://www.thedubaijournal.com/artman2/publish/homes/Luxu...

18:58 Publié dans TELEGRAMME | Lien permanent | Commentaires (0)