Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2011

Dirge

"Il y a des histoires qui brûlent la vue. Des journées creusées dans la pellicule, à compter les immeubles qui prennent froid, à contrefaire l'apoplexie, à percevoir des contes crus et atones, puis la nuit enfin et le souffle synthétique des révoltes. Au trente-troisième étage, la ville est loin, je n'entends plus que tes cils. (...) " Il n'est rien dont je ne sois pas responsable....


Une note pour finir, un silence, un bémol.
Asymptote. Litote.
Pas un soupir, et quelques divergences, Eole.

Des désirs, des ébats, de maints brillants éclats.
Despote ptérygote.
Assouvir, alinéa, bouillant dans tes bras.

Les contrées lointaines, bel Impromptu d'automne.
Concupiscence. Absences.
Tolère tes fredaines, dévêtue qui chantonne.

Plaisirs artificiels, et quelques arc-en-ciel.
Contresens. Coalescence.
Fuir. Confidentielle. Logique séquentielle.


Death In Vegas - Dirge par jose43

02:09 Publié dans Divagations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dirge, solipsisme

14/05/2009

Lost in translation in Tokyo..... (2)

Lost in translation in Tokyo.....

Parfois les mots ne suffisent pas.....

 

11/02/2009

Lettre pour L.


Ma chère amie, délicate Néréïde,
Blottie, fleur sensible, dans votre chrysalide,
Laissez donc s’échapper vos tristesses enfouies,

Vos sublimes chagrins des âmes trépassées,
Amertumes de l‘âme, vos idéaux brisés. 
Recevez ce miroir des instants évanouis,

La Rêveuse réveille ces vils amnésies
Car à travers votre Art, l’atemporel prend vie. 
Et ces milliers de fleurs qui dansent, enjouées,

Réconfortent vos froids silences imposés.
Cachées dans le cristal, fi ces pensées morbides 
Montrez votre sourire, envolez-vous, Sylphide.

 


Découvrez Franz Schubert!