Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2008

BenX

416754018.jpg

Depuis un certain temps, je ne fais plus aucune critiques que ce soit de livres/expo/film.. Car la critique est un exercice difficile et que vous pouvez en lire de bien meilleures partout ailleurs d'une part, et d'autre part parce qu'en ce qui concerne les films - par exemple -, il est toujours délicat de parler de quelque chose sans que le lecteur/la lectrice ne se fasse une idée... Et souvent les "idées" que chacun se fait, tuent le film. Il y a bien longtemps que j'ai cessé de lire les synopsis avant d'aller voir les films. Je regarde le titre, la distribution, et j'y vais. Ce n'est uniquement après coup que je vais éventuellement lire les avis spectateurs, les critiques, les interviews, les articles.. Mais ce film-là, m'a plu, m'a touchée, m'a pris aux tripes pour parler vulgairement et étrangement pour la première fois depuis des années, j'ai pris la peine de lire avant le synopsis pour faire mon choix.... 

Extrait d'Allo Ciné, en ne cliquant que sur UGC Les Halles (sans rentrer dans le détail) :

"Choyé par sa mère et protégé par son petit frère, Ben vit dans son propre monde. Le seul univers où il se sente bien et un peu plus en " sécurité ", c'est celui d'Archlord, un jeu en ligne fascinant. Il devient alors Ben X, un héros prêt à tout..."

Je ne m'attendais pas à "ça". Déjà la version originale en flamand, c'est surprenant. Ensuite,  "ça" c'est un film crû, avec un acteur principal - Greg Timmermans - qui joue à la perfection le rôle d'un jeune homme atteint d'une forme d'autisme ou tout simplement, un jeune homme qui est "à part" et ne vit, ni ne pense, ni ne perçoit les choses comme une/la "normalité", établie - nous sommes bien d'accord - que par une société donnée. Il y a des acteurs qui "tiennent" le film grâce à leur prestation, qu'on les apprécie ou pas. Je pense à Dustin Hoffman dans son rôle dans "Rain Man", à Marion Cotillard dans "La Môme", Jack Nicholson dans "Shining", Gérard Depardieu dans Cyrano de Bergerac... et tant d'autres encore.... Le reste de la distribution est réussie, je salue aussi le jeu de la mère, Marljke Pinoy...

Bref, dans ce film, la violence et la méchanceté gratuite, générée par l'effet de groupe est montrée dans sa forme la plus simple, la plus réaliste, et la plus dure en conséquence. Des questions fondamentales sont soulevées à travers l'histoire de Ben. Le monde d'Archlord, n'est qu'un prétexte qui pourrait se décliner sous toutes les formes : les livres, les loisirs, la musique, tout ce qui "happe" notre être et peut nous donner un échappatoire à un poids parfois difficile à surmonter : la "vraie" vie, ou la quête de Soi. Il y a de l'espoir malgré tout et, comme souvent dans ce genre de film, une morale à laquelle chacun peut ou pas être sensible, à savoir une leçon de tolérance, de respect de la différence, de l'acception d'autres manières de vivre, d'exister tout simplement... En terme de réalisation, le montage est bien mené, bien rythmé nous permettant de rentrer "dans" la tête ou en tous cas de voir à travers le regard du garçon. Ce n'était pas évident. Le mélange entre "vie virtuelle" et "vie réelle" n'est pas fatiguant, ni employé à mauvais escient.... 

Pour conclure, sans j'espère vous avoir dévoilé la fiction autre que les 3 lignes extraites d'Allo Ciné, sachez que BenX a d'abord été un livre, "Nothing was all he said" écrit aussi par le réalisateur, Nic Balthazar. Le roman ayant été un succès, il a été adapté au théâtre pour finalement aboutir à ce film.....et pour une première réalisation, l'exercice est - selon moi - plutôt concluant....