Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2008

Effeuillage n°12 – «La vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent.» - L’homme révolté/Albert Camus

Trois coups, ouverture de rideau. La Walkyrie de Wagner retentit. Tourbillon. L’Afrique du Sud et ses violences xénophobes, les millions de sans-abris en Chine, la folie du dirigeant birman qui me révolte… Par où débuter ? L’ironie est difficile ces deux dernières semaines. “L'absurdité est surtout le divorce de l'homme et du monde” (L’étranger/A. Camus)...

Than Shwe baigne certainement en pleine absurdité en arborant un masque complaisant auprès de Ban Ki-Moon reçu à la “Demeure des Rois”. Splendeurs et démesures des égos totalitaires. Il autoriserait les travailleurs humanitaires étrangers. Certes. On compte entre 133 000 et 134 000 morts, 2,4 millions de sinistrés, mais l’accès à certaines zones reste difficile, les démarches administratives sont encore lourdes pour débarquer les aides matérielles. Par ailleurs, afin d’assurer le bon déroulement de son référendum truqué, il a fait réquisitionner les bâtiments où des victimes avaient trouvé refuge et il refuse encore que le Mistral et ses 1500 tonnes de chargements accoste... Mais, preuve de sa bonne volonté, il n’hésite pas à réclamer 11 milliards de dollars pour la reconstruction du pays… ou pour servir ses armées ? This is the question.  L’ONU a néanmoins lancé un appel pour 187 millions. “Devant cette nuit chargée de signes et d’étoiles, je m’ouvrais pour la première fois à la tendre indifférence du monde”. (L’étranger/A. Camus).

L’indifférence heureusement n’est pas le lot de la Chine qui connait un grand soulèvement de solidarité nationale. Face aux dernières secousses sismiques qui ont encore détruit plus de 70 000 habitations, fait 1 mort et 260 blessés, elle a lançé un appel pour l’envoi de 3,3 millions de tentes ou abris temporaires... tout en gardant un contrôle sur les actions de humanitaires. Pékin, chiffre pour l’instant plus de 60 000 décédés confirmés, 26 221 disparus, 300 000 blessés,  5,47 millions de sans-abris auxquels il faut rajouter environ 6 millions qui devront être relogés en raison des zones déclarées dangereuses comme les habitants proches du barrage du Sichuan qui menace de s’effondrer. “En vérité, le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout.” (Le mythe de Sisyphe/A. Camus). Si nous étions sarcastiques, nous pourrions dire que les morts chinois nous font presque oublier les violences tibétaines, mais nous ne le ferons pas.

La volonté de stopper les violences racistes dans son pays, tel devrait être l’objectif du président Thabo Mbeki qui n’a pas pris la peine ni de s’adresser à sa nation, ni de se rendre sur le théâtre des hostilités. Pourtant, il y a déjà 50 morts et 580 arrestations entre Johannesbourg et Pretoria, 35 000 déplacés dans des camps improvisés ou dans les pays voisins comme le Bostwana ou le Mozambique. L’intolérance de l’Autre. “C’est alors que tout a vascillé. La mer a charrié un souffle épais et ardent. Il m’a semblé que le ciel s’ouvrait sur toute son étendue pour laisser pleuvoir du feu.” (L’Etranger/A. Camus)

Tout vascille en effet pour les FARC qui perdent leur chef historique, Manuel Marulanda Velez, décédé à plus de 80 ans de mort naturelle. Juan Manuel Santos, ministre de la défense, en profite pour tenter une nouvelle négociation concernant la libération des otages, dont Ingrid Bétancourt,  mais l’avenir de la guérilla dépendra du successeur désigné, Alfonso Cano. Troubles aussi au sein du Pentagone incapable de justifier la disparition de 8,2 milliars de dollars dans le conflit irakien auprès des auditeurs chargés de l’inspection.  Un p’tit air de Lord of War peu-être ? “Tout le monde ment. Bien mentir voilà ce qu'il faut.” (Les Justes/A. Camus)

Mentir sans se faire prendre, c’est ce que n’a pas réussi à faire le Nouvel Observateur - dénoncé par Jean Quatremer, journaliste de Libération -  en publiant des propos sois-disant tenus par N. S. lors d’une conférence de presse le 5 mai dernier sur des questions européennes. Même constat pour la Société Générale, où le jeu de dupes continue avec la remise des rapports de la Mission Green – en interne – d’une part et du cabinet privé, Pricewatehouse Coopers d’autre part. J. Kerviel aurait bénéficié de complicités internes pour ses affaires ainsi qu’une défaillance clairement établie de ses hiérarchiques supérieurs. Affaire à suivre.

A suivre aussi les dénonciations de l’ONG Save the Children concernant les pratiques d’abus sexuels de certains membres d’ONG en Afrique et à Haïti, sur une centaine d'enfants. Ces gamins vendraient leurs corps contre des denrées matérielles et alimentaires. No comment. “L'absurde, c'est la raison lucide qui constate ses limites.” (Le Mythe de Sisyphe/A. Camus).

On quitte l’absurde pour le sport, avec R. Gasquet et J. W. Tsonga qui ont déclaré forfait à Roland Garros, eux, pour des limites physiques. Sport toujours, on salue la victoire de l’O. L. pour la Coupe de France de football, et celle de Loïck Peyron pour la Transat Anglaise. Enfin, avant de conclure, on n’oubliera pas d’évoquer que le centre des Etats-Unis a aussi été victime de violentes tornades provoquant 21 décès, que N. S. s’est rendu à la fête des 60 ans de la création de l’Etat d’Israël le 25 mai dernier, que l’ex dictateur d’Ethiophie, Mengistu, a été condamné à mort – justice est faite -  et que le Liban a changé de président en nommant le général Michel Sleimane. On rendra aussi hommage au grand réalisateur Sydney Pollack qui s’est éteint à 73 ans et à Laurent Cantet pour sa Palme d’Or cannoise pour le film “Entre les murs”.

Je vous laisse à présent méditer sur la citation suivante, “si le monde était clair, l'art ne serait pas.” (Le mythe de Sisyphe/A. Camus), en écoutant le Requiem de Mozart…

Allez, salut, à la semaine prochaine.