Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2008

“Paillette et Tragédie”, je te défendrai… (Publication Epidemik)

chauve-souris-phedre.jpg

“Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie !
N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? »
(Corneille - Le Cid)

Note : Lau publie ses effeuillages sur LR. Elle a une façon bien à elle de nommer ses titres. Celui dont il est question aujourd’hui, c’est :

Effeuillage n°11 – “C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.” - Tyler Durden (Fight Club/David Fincher)

Ce qui a quand même de la gueule… Bon… Ca c’est terminé sur LR par “paillettes et tragédie”… Ca n’a pas été tout à fait du goût de Lau qui ne se reconnaît pas du tout dans ce titre racoleur.

Tel fut le sentiment ressenti quand je découvris ce titre d’un article qui apparement était sensé être le mien. Mon sang ne fit qu’un tour, qui pouvait ainsi commettre une telle vilenie ? Le protocole point ne fut respecté, aucun pigeon voyageur ne me fut envoyé pour me prévenir de cette audace inexplicable.

N’ayant point de pouvoir sur l’éditorial de ce site Internet, je décidai de prendre cette anecdote avec humour, et publier un texte qui pouvait correspondre au titre ci-dessus…. “Car (si) la tyrannie, entre autres privilèges, peut faire et dire ce qu’il lui plaît.” (Antigone/Sophocle), un seul titre vous manque et tout est dépeuplé. Voici donc ma bramade, pour toi public, pour que tu comprennes ô ma douleur profonde :

” Ô toi, Article bafoué dans ton âme, sois heureux, car je te venge. Jamais point dans les oubliettes ton honneur ne sera enfermé. Tu ES un être humain comme tous les autres. Tu AS le droit de revendiquer ton existence, et protéger ton intégrité. Copyright, ton ami d’enfance accourt et vole à ton secours. Sois brave. La force est avec nous, nous ne basculerons JAMAIS du côté obscur. C’est une machination, nous trouverons le traître. Les augures sont favorables, Athéna, notre déesse veille sur nous… Tu ne subiras pas le destin d’Antigone. Souviens-toi que “L’auteur d’un crime n’a pas à se plaindre d’en être la victime.” (Oreste/Euripide)…”

Toi, lecteur, je te vois la mine déconfite. “D’où te viennent cette angoisse vaine et prophétique qui t’envahit, ces cris terribles et funestes, ces chants aigus?” (Agamemnon/Eschyle). Non, ne pleure pas public, reste avec moi, oublions ce triste dessein. Le tragique c’est le trop tard. Et il est évident que pour toi, Article, malgré la vengeance, tu resteras entâché de cette marque honteuse jusqu’à ta mort. Ciel, tu te meurs !

Tel Janus, changeons de masque. Public, viens je t’emmène là où tout n’est que luxe, calme et volupté, nous allons mettre les “Voiles sur les filles, Barques sur le Nil” (Alexandrie, Alexandra/Claude François), car dans ce monde cruel, quelques grammes de disco et ça repart…. Alors tu prends ta boule à facettes, ton pantalon patte d’éph’, tes lunettes Soooo cooolll, car “Je ne sais plus comment faire” (Magnolias for ever/Claude François) pour exprimer ma douleur, pourtant je veux crier, crierrrrrrrrr, ARTICLE, pour que tu sois indemne… Bref, je crois que là vous l’aurez tous/toutes compris, si je ne me lève pas pour Danette, je noierai mon désarroi avec un pot de nutella en écoutant Clau-Clau…. Tragédie et Paillettes… ça résume bien l’histoire. Alea Jacta Est.

Link de l’article en question avec le bon titre : http://leschroniquesdeneirie.hautetfort.com/archive/2008/...


Pour le “mauvais” titre : c’est chez LR